À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Dernières nouvelles

Communiqué

Débat régional sur le développement de mines à ciel ouvert

La conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue ne répond pas

Au moment où le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) écrit son rapport sur le projet de mine à ciel ouvert à Malartic et que d’autres entreprises du genre sont envisagées dans la région, la Conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue n’a toujours pas répondu à la demande de tenir un débat public sur la question. En effet, une lettre de la Coalition pour que le Québec ait meilleur mine! demandant un tel débat et envoyée le 31 mars dernier à la CRÉAT demeure toujours sans écho. Or un nombre croissant d’organisations régionales, croit qu’une réflexion en profondeur sur toute la question des mines à ciel ouvert s’impose. Ces organisations ont jugé nécessaire de revenir à la charge en conférence de presse cet avant-midi à Rouyn-Noranda.

PDF - Communiqué : Débat régional sur le développement de mines à ciel ouvert
Communiqué

Non merci à une économie radioactive!

Mots-clés:

Moratoire sur l’uranium au Québec

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! juge que le Québec se porterait beaucoup mieux sans uranium dans son économie et réitère sa demande de moratoire sur l’exploration et l’exploitation de ce métal radioactif. Les activités uranifères en sont à leurs premiers pas au Québec et ne contribuent que très peu à l’économie de la province. Actuellement, la majorité des projets d’exploration de l’uranium sont spéculatifs et leur potentiel de développement est très faible, avec des indices uranifères de 1000 à 2000 fois moins riches que les plus récents gisements découverts en Saskatchewan. « Est-ce que le gouvernement québécois a vraiment besoin d’hypothéquer l’avenir et la santé des régions visées par les mines d’uranium pour satisfaire son appétit d’énergie non durable? » se demande Christian Simard de Nature Québec.

Vers un développement réellement durable

PDF - Communiqué : Moratoire sur l’uranium au Québec
Communiqué

La compagnie RoyalOr souhaite acquérir les droits miniers du Mont-Royal

Mine à ciel ouvert sur le Mont-Royal ?

La compagnie minière RoyalOr (www.royalor.com) souhaite compléter aujourd’hui l’acquisition d’un claim minier couvrant une grande proportion du parc du Mont-Royal, en plein coeur de la ville de Montréal, dans le but d’y développer une grande mine à ciel ouvert riche en minéraux industriels et présentant un excellent potentiel aurifère.

« La société RoyalOr est en fait composée par des membres de plusieurs communautés affectées par des projets de mines à ciel ouvert impliquant des sociétés minières canadiennes », nous expliquent Daviken Studnicki-Gizbert, professeur à l’Université McGill. « Ces personnes viennent de nombreux pays étrangers, tels que le Mexique, le Honduras, le Chili, et la Papouasie Nouvelle- Guinée, mais aussi du Québec », ajoute-t-il.

PDF - Communiqué : Mine à ciel ouvert sur le Mont-Royal ?
Communiqué

Une coalition demande au Bape de ne pas approuver le projet Osisko

Méga mine à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue

Le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) ne devrait pas approuver le projet de mine d’or géante à ciel ouvert à Malartic en Abitibi-Témiscamingue et devrait recommander des dédommagements pour les citoyens qui ont été touchés par le déménagement de près du quart de leur municipalité, réalisé avant l’examen et l’approbation du projet. Selon la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine!, qui présentait son mémoire à Malartic, l’approbation de ce projet constituerait un dangereux précédent pour la région et le Québec qui n’ont pas d’expérience dans l’exploitation de ce type de mine lequel vise l’extraction à grande échelle et à ciel ouvert de très grandes quantités de roche pour très peu de métal produit. La fosse projetée, en plein coeur de Malartic, aurait 2 kilomètres de long, 780 mètres de large et une profondeur de près de 400 mètres.

Des enjeux environnementaux

PDF - Communiqué : Méga mine à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue
Communiqué

Les Québécois se font avoir

Rapport dévastateur du Vérificateur sur la gestion des mines

Par sa mauvaise gestion du secteur minier, le Québec ne retire pratiquement pas de redevances sur les ressources, gère mal la restauration des sites miniers et se retrouve, plus souvent qu’autrement, avec la responsabilité financière et environnementale des sites miniers au lendemain de leur exploitation. C’est ce qui ressort de l’examen par le Vérificateur général concernant la gestion du secteur minier opéré par le ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF) au nom du gouvernement du Québec. La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! voit confirmer ses pires appréhensions par l’étude indépendante du Vérificateur général.

PDF - Communiqué : Rapport dévastateur du Vérificateur sur la gestion des mines
Syndiquer le contenu