À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Dernières nouvelles

Communiqué

La compagnie RoyalOr souhaite acquérir les droits miniers du Mont-Royal

Mine à ciel ouvert sur le Mont-Royal ?

La compagnie minière RoyalOr (www.royalor.com) souhaite compléter aujourd’hui l’acquisition d’un claim minier couvrant une grande proportion du parc du Mont-Royal, en plein coeur de la ville de Montréal, dans le but d’y développer une grande mine à ciel ouvert riche en minéraux industriels et présentant un excellent potentiel aurifère.

« La société RoyalOr est en fait composée par des membres de plusieurs communautés affectées par des projets de mines à ciel ouvert impliquant des sociétés minières canadiennes », nous expliquent Daviken Studnicki-Gizbert, professeur à l’Université McGill. « Ces personnes viennent de nombreux pays étrangers, tels que le Mexique, le Honduras, le Chili, et la Papouasie Nouvelle- Guinée, mais aussi du Québec », ajoute-t-il.

PDF - Communiqué : Mine à ciel ouvert sur le Mont-Royal ?
Communiqué

Une coalition demande au Bape de ne pas approuver le projet Osisko

Méga mine à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue

Le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) ne devrait pas approuver le projet de mine d’or géante à ciel ouvert à Malartic en Abitibi-Témiscamingue et devrait recommander des dédommagements pour les citoyens qui ont été touchés par le déménagement de près du quart de leur municipalité, réalisé avant l’examen et l’approbation du projet. Selon la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine!, qui présentait son mémoire à Malartic, l’approbation de ce projet constituerait un dangereux précédent pour la région et le Québec qui n’ont pas d’expérience dans l’exploitation de ce type de mine lequel vise l’extraction à grande échelle et à ciel ouvert de très grandes quantités de roche pour très peu de métal produit. La fosse projetée, en plein coeur de Malartic, aurait 2 kilomètres de long, 780 mètres de large et une profondeur de près de 400 mètres.

Des enjeux environnementaux

PDF - Communiqué : Méga mine à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue
Communiqué

Les Québécois se font avoir

Rapport dévastateur du Vérificateur sur la gestion des mines

Par sa mauvaise gestion du secteur minier, le Québec ne retire pratiquement pas de redevances sur les ressources, gère mal la restauration des sites miniers et se retrouve, plus souvent qu’autrement, avec la responsabilité financière et environnementale des sites miniers au lendemain de leur exploitation. C’est ce qui ressort de l’examen par le Vérificateur général concernant la gestion du secteur minier opéré par le ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF) au nom du gouvernement du Québec. La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! voit confirmer ses pires appréhensions par l’étude indépendante du Vérificateur général.

PDF - Communiqué : Rapport dévastateur du Vérificateur sur la gestion des mines
Communiqué

La coalition demande un vrai débat public

Mine d’or à ciel ouvert d’envergure en Abitibi-Témiscamingue

Face à la possibilité de la mise en oeuvre de plusieurs mines à ciel ouvert d’envergure au cours des prochaines années en Abitibi-Témiscamingue, la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! interpelle les élus régionaux afin qu’ils assument leurs responsabilités et entament un débat public élargi sur ce type d’exploitation des ressources minières et de ses conséquences pour le développement viable et durable de la région à court, moyen et long terme.

Pour Henri Jacob de l’Action boréale de l’Abitibi-Témiscamingue « Il est temps que nos élus et nos leaders régionaux mettent leurs culottes et assument leurs responsabilités face au creusage de ces méga trous un peu partout sur territoire! Les enjeux sont trop importants pour qu’on les pousse sous le tapis! L’Abitibi-Témiscamingue, c’est pas un trou! »

PDF - Communiqué : La coalition demande un vrai débat public
Communiqué

La restauration du site à résidus miniers se fera sur le dos des contribuables

Mine d’or Osisko en Abitibi

Les contribuables québécois devront payer 100% des 11.5 M$ qu’il en coûtera pour aménager le site où la mine d’or Osisko enverra ses résidus miniers. De plus, ils devront assumer tous les risques d’accident et de contamination durant les trois premières années d’opération de la mine. Osisko n’aura qu’à débourser les frais d’opération et n’héritera que d’une responsabilité limitée pour l’entreposage de ses résidus miniers. C’est ce qui ressort de l’entente cadre1, qui vient d’être rendue publique, entre le ministère des Ressources naturelles du Québec (MRNF) et la compagnie minière Osisko pour la restauration du site minier abandonné East Malartic. Selon la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! il est difficile d’imaginer que le MRNF et Osisko puissent qualifier cette entente de gagnante-gagnante.

PDF - Communiqué : Mine d’or Osisko en Abitibi
Syndiquer le contenu