À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Dernières nouvelles

Communiqué

Les mégamines à ciel ouvert, au coeur du débat

Forum sur les mines en Abitibi-Témiscamingue

Dans le cadre du Forum sur le développement minier en Abitibi-Témiscamingue, qui aura lieu les 19 et 20 mars prochains, la coalition Québec meilleure mine! souhaite ramener les mégamines à ciel ouvert au coeur du débat. De nombreux membres de la Coalition seront présents pour la journée du 20 mars et insisteront sur la nécessité d’encadrer et de baliser ces mégamines, lesquelles ont un fort impact sur l’environnement et le territoire.

« Depuis l’acceptation par le BAPE du mégaprojet Canadian Malartic de la compagnie Osisko, les annonces de nouvelles mégamines ne cessent de se multiplier ! On compte maintenant au moins 6 projets dans la seule région de l’Abitibi. Ça n’a pas d’allure ! On ne peut pas les évaluer au cas par cas, BAPE par BAPE ! Il faut absolument se donner un cadre et des balises claires pour ce type de mines au Québec, et ça presse ! » affirme Christian Simard de Nature Québec.

PDF - Communiqué: Forum sur les mines en Abitibi-Témiscamingue
Communiqué

Une coalition porte plainte à l'ordre des géologues

Mots-clés:

Moratoire sur les mines d’uranium

Alors que sont déposées aujourd’hui à l’Assemblée nationale des pétitions regroupant plus de 11 000 signataires en faveur d’un moratoire sur les mines d’uranium, la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine ! annonce qu’elle portera plainte à l’Ordre des géologues du Québec puisqu’elle juge que des membres de cet ordre ont enfreint leur code de déontologie en transmettant au public des informations incomplètes ou inexactes, dépassant parfois leur propre champ de compétence. La Coalition reproche également à ces individus un manque de transparence face au public, en ne révélant pas explicitement leurs conflits d’intérêts en lien avec des projets miniers d’uranium.

PDF - Communiqué : plainte à l'ordre des géologues.pdf
Communiqué

Une coalition demande à Québec de se tenir debout face au lobby minier

De l’uranium sur la Côte-Nord aux mégamines à ciel ouvert de l’Abitibi-Témiscamingue

Réunis aujourd’hui à Montréal, les membres de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! demandent au gouvernement de se tenir debout face au lobby minier et de se doter d’une politique minière digne de ce nom. Alors que les coffres de l’État sont vides, que le prix de l’or bat des records et que l’industrie minière connaît un autre « boom » de forte croissance qui laisse entrevoir des profits faramineux, le Québec est toujours dépourvu d’une politique minière viable, permettant d'assurer la protection des citoyens et de l’environnement, ainsi que de rapporter à l’État et aux régions des redevances dignes de ce nom. « L’actuel projet de modification de la Loi sur les mines ne changera pratiquement rien à cette situation inacceptable!

PDF - Communiqué: De l’uranium aux mégamines à ciel ouvert
Communiqué

Québec doit décréter un moratoire sur l’uranium dès maintenant

Mots-clés:

Démission de 20 médecins à Sept-Iles

« Le gouvernement du Québec doit réagir rapidement à la démission en bloc de 20 médecins à Sept-Îles et décréter, dès maintenant, un moratoire sur l’exploration et l’exploitation de l’uranium au Québec » a déclaré Christian Simard de Nature Québec et porteparole de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine. La décision des médecins de Sept-Iles survient en réaction au dépôt du projet de Loi sur les mines qui est demeuré muet sur la question. Deux provinces canadiennes ont déjà décrétées un moratoire sur l’uranium, soit la Colombie- Britannique et la Nouvelle-Écosse, où il aura bientôt force de loi.

PDF - Communiqué : Démission de 20 médecins à Sept-Iles
Communiqué

Les québécois condamnés à 300 M $ de dette environnementale

Réforme décevante de la vieille Loi sur les mines

Les Québécois devront continuer à payer seuls près de 300 millions $ de dettes environnementales, soit le coût pour restaurer les 345 sites miniers abandonnés à travers le Québec. Le projet de réforme de la Loi sur les mines, présentée ce matin à Québec, rejette du revers de la main la recommandation de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine ! de créer un fonds de restauration, à frais partagés avec l’industrie (0,5 % sur la valeur brute produite pour les 15 prochaines années), pour régler ce lourd passif environnemental.

PDF - Communiqué : Réforme décevante de la vieille Loi sur les mines
Syndiquer le contenu