À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Une coalition participera à l’examen public qui débute aujourd’hui

Communiqué

Projet de mine d’or géante à ciel ouvert en Abitibi-Témiscamingue

AMHB : mine Sigma et clôture

Les membres de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! participeront activement à l’examen public du projet de mine d’or à ciel ouvert d’Osisko en Abitibi-Témiscamingue. Le projet de mine d’or d’Osisko à Malartic, par son envergure et ses conséquences potentielles, représente du jamais vu au Québec. Il constituerait un important précédent, et ce même en Abitibi-Témiscamingue, une région qui compte déjà plus de 100 mines à ce jour. Des membres de la coalition seront présents aujourd’hui à Malartic lors de la période d’information et de consultation publique qui se tient sous l’égide du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Afin de réaliser son projet, Osisko doit déplacer près du cinquième de la ville de Malartic, soit environ 200 résidences et 5 institutions publiques. Cette opération est déjà très avancée, et ce, avant même que le projet n’ait été examiné par le BAPE et approuvé par le gouvernement, une grave anomalie que nous ne manqueront pas de souligner.

Un projet de mine à ciel ouvert de cette envergure soulève de sérieuses questions quant à ses impacts sociaux et environnementaux. Il est à noter que ce type de développement génère souvent un passif environnemental beaucoup plus important que les mines souterraines. Le projet d’Osisko dit de « fort tonnage, faible teneur » produirait à lui seul 3 fois plus de résidus miniers que l’ensemble des mines de la région (statistiques du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 2007).

La compagnie minière Osisko propose d’extraire quelques 300 millions de mètres cube de roche directement du territoire de la municipalité de Malartic sur une période allant de 9 à 14 ans maximum, selon les documents consultés. Osisko laissera derrière elle à la fois une montagne de résidus miniers et un trou de 2 km de long, par 0,8 km de large et de 400 m de profondeur. Pour se faire une idée du volume généré, on doit imaginer les 560 kilomètres de la route 117 entre Montréal et Malartic ensevelis sous près de 50 m de résidus miniers. Les quantités d’eau, d’énergie et de cyanure nécessaires pour extraire le roc et traiter le minerai seront tout aussi importantes.

L’objectif de l’entreprise est de soutirer, avec profit, un peu moins de 9 mètres cube d’or du sous-sol abitibien, évalués, au prix moyen de l’or en 2008, à environ 4,7 milliards de dollars US. Durant la phase d’exploitation, 392 emplois seraient créés.

PDF - Communiqué : Une coalition participera à l’examen public qui débute aujourd’hui