À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Débat régional sur le développement de mines à ciel ouvert

Communiqué

La conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue ne répond pas

Plouffe : mine à ciel ouvert Doyon

Au moment où le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) écrit son rapport sur le projet de mine à ciel ouvert à Malartic et que d’autres entreprises du genre sont envisagées dans la région, la Conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue n’a toujours pas répondu à la demande de tenir un débat public sur la question. En effet, une lettre de la Coalition pour que le Québec ait meilleur mine! demandant un tel débat et envoyée le 31 mars dernier à la CRÉAT demeure toujours sans écho. Or un nombre croissant d’organisations régionales, croit qu’une réflexion en profondeur sur toute la question des mines à ciel ouvert s’impose. Ces organisations ont jugé nécessaire de revenir à la charge en conférence de presse cet avant-midi à Rouyn-Noranda.

Le Comité de Vigilance de Malartic, l’Action boréale, le Conseil régional de l’environnement, la CSN, la FTQ, le SEUAT, le Groupe Écocitoyen de Rouyn-Noranda de même que le RÉPAT s’inquiètent du silence de la CRÉ alors que d’autres projets de mines à ciel ouvert sont envisagés dont un près de la réserve de biodiversité des lacs Vaudray et Joannès. De nature et de niveaux d’implication diverses dans le dossier des mines à ciel ouvert, ces groupes s’entendent sur la nécessité d’un débat régional à ce sujet et sur le rôle prépondérant de la CRÉ dans ce dossier. La CRÉAT, qui assume un leadership dans de nombreux domaines, ne semble pas être en mesure de le faire dans ce cas-ci même si elle a la capacité de tenir le débat demandé.

L’Abitibi-Témiscamingue est pourtant mûre pour cette réflexion publique en région : le Vérificateur général soulignait en avril dernier des lacunes importantes dans la gestion des mines au Québec, le projet d’Osisko est en plein processus d’évaluation environnementale et la Stratégie minérale est sur le point d’être déposée par le gouvernement. Il est donc temps de se demander collectivement : Quel genre de développement minier voulons-nous pour notre région?

Les élus régionaux doivent se prononcer clairement : quand et comment comptent-ils mener ce débat public de façon à ce que les deux côtés de la médaille soient exposés, que les alternatives possibles de développement aient été envisagées, et que soit déterminé une fois pour toutes si les mines à ciel ouvert sont acceptables ou non pour notre région.

PDF - Communiqué : Débat régional sur le développement de mines à ciel ouvert