À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Stratégie minérale: remettre les droits des citoyens et de l’environnement au cœur de la stratégie

Communiqué

Québec, le 15 mars 2016 - La Coalition Québec meilleure mine réagit à la Vision stratégique du développement minier au Québec déposée aujourd'hui en appelant le gouvernement à en faire beaucoup plus pour la protection des droits des citoyens et de l'environnement, parents pauvres de la stratégie actuelle. Au-delà de la croissance de l'industrie, la Coalition insiste qu'il faut d'abord mieux encadrer les mines à ciel ouvert et ouvrir le débat sur la pertinence d'aller de l'avant ou non avec certaines filières minières. La Coalition souhaite également que Québec s’attaque à l’évasion fiscale dans le secteur minier, tout en s’assurant que les Québécois n’aient pas à payer les pots cassés des sites miniers abandonnés, évalués à plus de 1.2 milliards.

Pas de développement sans un meilleur encadrement
La stratégie minérale admet que les réserves et la teneur des gisements sont en diminution. Cela entraîne le développement de mines à ciel ouvert de type fort tonnage, faible teneur, lesquelles génèrent de forts impacts sociaux et environnementaux.

« Alors que le gouvernement annonce plus de 19 mesures pour maximiser le rendement et la compétitivité de l’industrie, aucune mesure n’est prévue pour assurer la protection des droits des citoyens affectés par les mines à ciel ouvert. Est-ce normal que des citoyens comme ceux de Malartic en soient réduits à intenter un recours collectif contre la minière pour faire respecter leurs droits? Il n'y a rien pour eux dans cette stratégie» affirme Dominique Bernier, coordonnatrice et co-porte-parole de la Coalition.

Des filières à rejeter
La Vision stratégique compte soutenir la recherche sur le développement de procédés impliquant les terres rares et d'autres filières non conventionnelles. La Coalition juge qu'à l'instar de l'uranium, trop d'incertitudes subsistent à l'égard de cette filière.

« Nous appuyons la demande de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador d’interrompre les travaux reliés aux terres rares. La règlementation actuelle n’est pas adaptée pour encadrer le type de contaminants trouvés dans ces gisements, notamment des contaminants radioactifs comme le thorium. La Coalition recommande un BAPE générique sur cette nouvelle filière minérale au Québec » ajoute Ugo Lapointe, coordonnateur de MiningWatch Canada et co-porte-parole de la Coalition.

Pour un investissement responsable
La Coalition salue la volonté du gouvernement d'introduire des critères d'investissement responsable aux projets financés par Capital Mines Hydrocarbures.

« Nous estimons toutefois qu'il est urgent que le gouvernement cesse de financer des projets qui ont recours à des paradis fiscaux pour éviter de payer leur juste part d'impôts et de redevances. À cet effet, il est assez paradoxal de constater que c'est la firme KPMG, récemment prise à défaut pour avoir orchestré des stratagème d’évitement fiscal pour ses clients, qui a été mandatée pour produire l’un des rapports ayant servi de base à la nouvelle stratégie minérale », conclut Mme Bernier.

- 30 -