À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Mine à ciel ouvert Canadian Malartic: Le ministre Heurtel appelé à repousser l’échéance des consultations publiques à l’automne

Communiqué
Mots-clés:

Québec, vendredi 13 avril 2016 - MiningWatch Canada et la Coalition pour le que Québec ait meilleure mine demandent au ministre de l’Environnement du Québec, David Heurtel, de repousser à l’automne l’échéance des consultations du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour le projet d’expansion de la mine à ciel ouvert à Canadian Malartic –qui est déjà la plus grande mine à ciel ouvert en milieu habité au Canada.

Dans une lettre acheminée au ministre ce matin, Ugo Lapointe, coordonnateur à MiningWatch Canada et cofondateur de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine affirme : « Nous sommes particulièrement préoccupés face à la possibilité que ce BAPE ait lieu durant le mois de juin et durant la saison estivale, ce qui ne faciliterait pas du tout l’information et la participation citoyenne, l’un des principes fondamentaux du BAPE et de la Loi sur le développement durable du Québec. Comme le demande la majorité des citoyens impactés à Malartic, et afin d’éviter les écueils du premier processus du BAPE tenu en 2009 (trop hâtif, en même temps que le déménagement de résidences), nous vous demandons de bien vouloir utiliser votre pouvoir afin de reporter les audiences à la mi-septembre ».

La lettre de MiningWatch fait également état de cinq principales préoccupations face aux impacts de la mine à ciel ouvert Canadian Malartic et du projet d’expansion :

1. L’absence d’une « zone tampon » entre les citoyens et les activités de la mine, laquelle génère des impacts beaucoup plus importants que ce qui avait été évalué lors du premier BAPE en 2009.

2. La désuétude des normes actuelles pour protéger la santé, le bien-être et la qualité de vie des populations affectées, notamment les normes reliées à la qualité de l’air, au bruit et aux vibrations.

3. L’incapacité de la minière et des autorités publiques de faire respecter les lois et les normes, avec plus de 171 avis d’infractions environnementales et plus de 2000 manquements aux normes depuis l’autorisation du projet en 2009, sans conséquences punitives ou changements concrets au projet.

4. L’absence de mécanismes prévus par la loi concernant l’acquisition, l’indemnisation et l’accompagnement des citoyens affectés par des projets industriels d’une telle envergure.

5. L’impact environnemental global des grandes mines à ciel ouvert, notamment sur le plan énergétique, de la qualité de l’eau et de la gestion des déchets miniers à long terme. La notion floue « d’acceptabilité sociale » est également une préoccupation.

Les 15 et 16 mai 2016

MiningWatch et la Coalition Québec meilleure mine seront présents les 15 et 16 mai prochains à Malartic concernant les séances d’information organisées par la minière (15 mai, 9h00-17h00) et le Comité de citoyens de la zone sud de Malartic (16 mai, 19h00), en lien avec l’élaboration d’un protocole d’acquisition et d’indemnisation pour les citoyens impactés par les opérations de la mine. Les deux organismes ont commenté la première version du protocole à la fin du mois d’avril. Tout comme les citoyens, ils avaient beaucoup de préoccupations quant à son contenu, mais ne peuvent rien dire à cause d’une entente de confidentialité qui a effet jusqu’au 15 mai.

Rappelons que la mine Canadian Malartic est actuellement la plus grande mine à ciel ouvert située en milieu habité au Canada. Le projet a été autorisé suite à un premier BAPE controversé en 2009. L’autorisation de 2009 visait l’extraction d’une mine à ciel ouvert de faible teneur en or (1 gramme par tonne) à un d’extraction de 120 000 tonnes de rocs par jour pendant 9 à 10 ans, pour un volume total d’environ 500 millions de tonnes. Le projet d’expansion proposé actuellement résulterait en une exploitation totale de plus de 1 milliards de tonnes de roches jusqu’en 2027, soit le double de l’autorisation originale. La route transcanadienne 117 devrait également être déplacée pour faire place à la mine.

-30-


Pour informations :



Ugo Lapointe, coordonateur canadien, MiningWatch Canada, 514-708-0134