À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Malartic : Des citoyens en colère dénoncent les conditions du décret gouvernemental autorisant l’agrandissement de la mine

Communiqué

Comité citoyens de la zone sud de Malartic

Malartic, jeudi 20 février 2017. Les membres du Comité de citoyens de la zone sud de Malartic sont en colère suite à l’annonce faite hier, en fin de journée, du nouveau décret gouvernemental autorisant l’agrandissement de la mine à ciel ouvert Canadian Malartic—la plus grande au pays en milieu habité.

« Il n’y a pas d’autres mots pour décrire ce que nous ressentons suite à l’annonce d’hier : de la sainte colère. Ça nous inquiète profondément pour la suite des choses, la santé des citoyens et les tensions sociales à Malartic », lance Guy Morissette du Comité de citoyens.

Le décret annoncé hier ne respecte ni les avis du BAPE, ni ceux de la Santé publique, ni l’opinion du juge Beaupré qui, dans son jugement rendu également public hier, donnait raison aux citoyens quant aux normes du bruit à respecter la nuit et au sérieux des revendications citoyennes concernant la limite d’extraction à respecter chaque année. Le juge Beaupré recommandait d’ailleurs d’aller rapidement débattre sur le fond de « l’injonction permanente » à ce sujet. « Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas attendu un jugement sur le fonds de l’affaire avant d’émettre un décret? », s’insurge M. Morissette

Assouplissement des normes et avis du BAPE non respectés

Pire, le décret annoncé hier permet à la minière de faire plus de bruit la nuit, « à dépasser les normes 12% du temps », et à dynamiter 2 fois plus de roches chaque jour, ce qui va augmenter les impacts. M. Morissette : « Notre décompte préliminaire indique que le décret annoncé hier ne respecte pas 16 des 18 avis du BAPE concernant la santé des citoyens reliés au bruit, aux poussières et aux vibrations ».

« Comment est-ce que le ministre de l’Environnement David Heurtel et son gouvernement peuvent-ils expliquer que les conditions plus permissives accordées à la minière vont améliorer les conditions de vies des citoyens? Ça n’a aucun sens » s’insurge Priscille Trudel, mère de famille et résidente de la zone sud de Malartic.

Priscille Trudel : « À quoi ça sert de dépenser des millions en études environnementales, en analyses de santé publique, en consultations publiques, si le gouvernement du Québec ne suit même pas les recommandations du BAPE et de la santé publique qu’il a lui-même payé de sa poche? De nos poches! »

Le BAPE recommandait notamment de revoir les normes du Québec pour ce qui est des « poussières totales » (grosses poussières) qui tombent sur les maisons et les propriétés des gens. Il recommandait également de mettre en place de nouvelles normes pour les poussières respirables « PM10 », qui existent ailleurs au Canada et dans le monde, mais pas au Québec. Même chose pour les dynamitages : le BAPE recommandait de revoir les normes pour les rendre plus strictes et mieux protéger la santé des citoyens, en citant l’exemple d’autres pays qui appliquent des cibles 6 fois plus strictes.

150 familles et citoyens toujours mobilisés

M. Morissette « Il y a pourtant des solutions gagnantes-gagnantes pour de meilleures conditions à Malartic. Le BAPE a recommandé de nommer un médiateur ou un arbitre pour régler le conflit qui oppose toujours quelque 150 familles à la minière. Nous sommes ouverts à ce scénario, mais la minière le refuse. Le BAPE recommandait aussi de bonifier l’offre actuelle de la minière afin que les gens puissent quitter la zone la plus impactée et se racheter une maison semblable ailleurs à Malartic ou dans les municipalités voisines sans s’endetter et subir un préjudice économique. Nous sommes aussi d’accord avec cette recommandation. Mais rien de tout cela n’est dans le décret annoncé hier : pourquoi? »

Recours collectif

Si la demande en injonction permanente risque d’être rendue caduque avec le nouveau décret annoncé hier, cela n’affecte en rien le recours collectif des citoyens, dont une décision de la Cour supérieure du Québec est attendu d’ici les prochaines semaines.
-30-
Pour information :
• M. Guy Morissette, membre du Comité de citoyens de la zone sud, 819-757-4581
• Mme Priscille Trudel, membre du Comité de citoyens de la zone sud, 819-354-3567
• Site Internet du Comité des citoyens : www.comitecitoyenmalartic.org
Intervenants externes :
• M. Marc Nantel, Regroupement vigilance mines de l’Abitibi-Témiscamingue, 1-819-734-7981
• M. Ugo Lapointe, Coalition Québec meilleure mine et MiningWatch Canada, 1-514-708-0134