À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Consultations publiques sur l’uranium au Québec : Déjà 500 mémoires déposés au BAPE

Communiqué
Mots-clés:

VERSION PDF >
Québec, 7 octobre 2014 « La mobilisation contre les mines d’uranium prend une ampleur rarement vue, avec une caisse pleine de 500 mémoires signés par différents citoyens du Québec que nous déposerons aujourd’hui à 14h00 au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) à Québec » se réjouit Christian Simard, directeur général de Nature Québec et membre de la campagne « Pour un Québec sans uranium ». Cette première vague de mémoires ce fait au tout début de la troisième phase des consultations du BAPE sur l’uranium. Les citoyens et les organismes ont jusqu’au 30 octobre pour soumettre leur opinion au BAPE, dont le rapport de recommandations sera remis au gouvernement du Québec au printemps 2015. Des lettres modèles sont maintenant disponibles en ligne : www.quebecsansuranium.org/lettre .
 
 
 « Les profits découlant de l'exploitation minière de l'uranium sont de courte durée, mais les tonnes de déchets miniers laissés derrière demeurent toxiques et radioactifs pendant des milliers d'années. Cela n’est pas du développement durable et représente un fardeau inacceptable pour le Québec et les générations à venir », affirme Dr. Isabelle Gingras, membre de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME) et l’une des médecins de Sept-Îles qui se sont mobilisés contre cette industrie en 2009.
 
« Nous invitons le Québec à suivre l’exemple d’autres populations dans le monde qui ont tourné le dos au minerai radioactif, dont la Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse et l’État de Virginie », lance Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine.
 
Les Québécois invités à se faire entendre d’ici les 16 et 30 octobre
Les Québécois sont invités à exprimer leur opinion au BAPE avant le 30 octobre concernant l’avenir de l’uranium au Québec, premier maillon de la chaîne du nucléaire. Les citoyens et les organismes qui veulent présenter en personne leur opinion devant le BAPE lors des consultations publiques en novembre doivent le signifier au BAPE d’ici le 16 octobre (uranium@bape.gouv.qc.ca, 418 643-7447 p. 422).
 
Signez et déposez une lettre modèle en ligne
Pour faciliter la participation et la mobilisation des citoyens préoccupés par l’exploitation de l’uranium au Québec, des lettres modèles ont été préparées et peuvent être signées et déposées au BAPE en ligne dès aujourd’hui : www.quebecsansuranium.org/lettre
 
Campagne internationale
En parallèle de cette forte mobilisation dans le sud du Québec, la Première nation Crie du nord du Québec, avec le Grand chef Matthew Coon Come en tête, annonce le début d’une campagne internationale contre l’exploitation uranifère au Québec. Actuellement à Munich en Allemagne, la délégation se rendra ensuite en Autriche, en Inde et en Australie, l’un des plus grands producteurs d’uranium dans le monde. Partout, les Cris rencontreront différents experts internationaux, des populations affectées par l’uranium, et présenteront un court métrage riche en émotions portant sur les risques du minerai radioactif pour la santé, l’environnement et leurs communautés.
-30-
 
Pour informations :         
·         Ugo Lapointe, Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, 514-708-0134
·         Christian Simard, Nature Québec, 418-928-1150
·         Dr. Isabelle Gingras, Association canadienne des médecins pour l’environnement, 418-965-6814

·         Marc Fafard, Sept-Îles sans uranium, 418-961-3517