À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Mot-clé “esker”

Communiqué

Ouverture du premier congrès Québec Mines et Énergie : Nouvel élan environnemental pour réduire l’empreinte minérale du Québec

Québec, 20 novembre 2018. Alors que s’ouvre aujourd’hui à Québec le premier congrès Québec Mines + Énergie organisé par le Ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie, une large coalition regroupée sous la bannière de Pour que le Québec ait meilleure mine! appelle le nouveau gouvernement Legault à faire preuve de vision et à mettre en œuvre une série de mesures qui contribueraient à réduire à la fois l’empreinte énergétique et l’empreinte minérale du Québec.

La coalition publie aujourd’hui une nouvelle analyse qui démontre que la quantité de déchets miniers produits par l’industrie a plus que quadruplé en 10 ans et représente de loin la principale source de déchets solides au Québec—soit plus de 20 fois la quantité des déchets domestiques destinés à l’enfouissement.

AnalyseDechetsMiniersQuebec
Communiqué

L’EAU POTABLE D’UN ESKER MAJEUR AU QUÉBEC MENACÉE PAR UN PROJET DE MINE À CIEL OUVERT : DES GROUPES CITOYENS ET ENVIRONNEMENTAUX DEMANDENT L’INTERVENTION DE LA MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

Val-d’Or, le 9 mai 2018 - Le Comité citoyen de protection de l’esker, le Regroupement Vigilance Mines de l’Abitibi et du Témiscamingue, Eau Secours et la Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! s’unissent afin de demander l’intervention du gouvernement du Québec face au projet Authier de la compagnie australienne Sayona Mining à La Motte, en Abitibi-Témiscamingue.

Cette mine à ciel ouvert, qui serait à moins de 500 mètres de l’esker Saint-Mathieu-Berry, soulève plusieurs inquiétudes au sein de la population de la région. « Nous sommes préoccupés par les impacts à long terme que ce projet de mine à ciel ouvert pourrait avoir sur la qualité de l’eau de l’esker situé au nord du projet et sur les milieux humides situés au sud. L’historique de pollution et d’accidents environnementaux reliés aux mines en région nous fait craindre pour la qualité de l’eau de l’esker », s’inquiète Marc Nantel, porte-parole du Regroupement Vigilance Mines de l’Abitibi et du Témiscamingue.

Syndiquer le contenu